Apprendre à porter secours

Les élèves de la classe de CE2A ont suivi une courte formation délivrée par un parent d’élève sur les

conduites à tenir en présence d’un accident plus ou moins grave.

En résumé :              « Face à un accident, je protège, j’alerte, je secours et je surveille.  »

En effet, même un enfant doit être apte de donner l’alerte en composant le 15 ou le 18 et en répondant aux questions du secouriste. Un conseil à donner aux familles (parents et grands-parents) : penser à noter à un endroit visible par l’enfant les numéros d’urgence à appeler et votre adresse précise (des indications qui peuvent sauver une vie !).

Les élèves ont pu mettre en pratique quelques gestes simples à leur niveau :  que faire face à un saignement ?  la position latérale de sécurité,…

  Et chacun a reçu un livret à conserver précieusement et à relire de temps en temps, même par les adultes !

  

 

Les CE2 à la Vallée des Saints

Si la Vallée des Saints est un endroit unique, c’est parce qu’il s’agit à la fois d’un site historique, d’une terre de légendes et le berceau d’incroyables sculptures monumentales. Une motte féodale, une chapelle du 16e siècle, 145 statues de saints bretons occupent ce paysage vallonné du Poher.

Les deux classes de CE2 de l’école se sont rendus sur le site avec au programme :

            • un jeu de mémoire et d’observation avec des légendes racontées
            • un jeu de piste “Sur les traces des saints bretons” : énigmes à résoudre en équipe à partir d’un questionnaire
            • un atelier dessin : reproduire une statue à partir de sa légende puis comparer son dessin à la statue du sculpteur.

Les élèves ont également pu observer quelques sculpteurs au travail.

Une sortie appréciée par tous malgré une météo pluvieuse.

Un explorateur breton : Jacques Cartier

Jacques Cartier était un navigateur, un cartographe, un explorateur et un écrivain (il décrit ses voyages).Il est né à Saint-Malo en 1491 et mort à 65 ans en 1557 dans la même ville. Jacques Cartier jouait un rôle important dans la ville de St Malo. Il était souvent demandé pour être juré ou témoin dans des procès au tribunal. Il était également présent lors de nombreux baptêmes : il a été 35 fois parrain ! Jacques était un spécialiste de la loi bretonne.

Jacques Cartier effectue son premier voyage officiel pour le Roi de France François 1er en 1534. Il a été choisi car quand il était jeune, il est souvent allé pêcher la morue dans le nord de l’Atlantique, à Terre Neuve, avec son père comme de nombreux jeunes malouins de son époque. Présenté au Roi par l’Abbé du Mont St Michel, Jacques Cartier effectue 3 voyages en Amérique entre 1534 et 1542. Le Roi lui demande de trouver une route vers l’Asie et de ramener des richesses en France.

Le premier voyage en 1534. Lors de son premier voyage, Jacques Cartier part avec 61 hommes et deux bateaux. Ils mettent 20 jours à traverser l’Atlantique. Ils arrivent au Golfe de Saint-Laurent et là grosse surprise : ils découvrent des animaux qu’ils n’ont jamais vus auparavant : des fous de bassan, des ours polaires, des morses, des grands pingouins (aujourd’hui disparus). Ils rencontrent aussi des indiens qui veulent faire des échanges avec eux mais l’équipage de Jacques Cartier prend peur et tire des coups de canon. Un petit peu plus tard, ils acceptent quand même d’échanger des couteaux et des tissus contre des peaux d’animaux.Mais Jacques Cartier veut faire plus que du commerce ! Quand il descend de son bateau, il plante une énorme croix avec écrit dessus :   VIVE LE ROI !

Et il déclare que dorénavant cette terre appartient au Roi de France François 1er. Mais les Iroquois, indiens qui habitent sur ce territoire, sont mécontents car ce n’est pas leur roi et leur religion ! Alors Jacques Cartier leur dit que c’est juste un repère pour les bateaux et ils l’acceptent.L’explorateur rencontre ensuite le chef Donnacona des Iroquois et rentre à St Malo avec ses deux fils ! Jacques Cartier a une idée en tête à cet instant-là : il veut que les deux Iroquois apprennent le français pour qu’ils lui disent où sont cachées les richesses !

Le deuxième voyage en 1535. Jacques Cartier repart en Amérique en 1535. Il repart avec 3 bateaux et les 2 fils indiens qui parlent maintenant français et qui vont pouvoir servir de guides. Jacques Cartier commence à dessiner les cartes du fleuve St Laurent. Sur place, il construit un petit village de cabanes en bois, ce que les Iroquois appellent un « kanata ». Ce qui donnera le nom « Canada ». Il remonte le fleuve et traverse des villages iroquois où l’on cultive du tabac et une céréale inconnue : le maïs ! Il nomme une colline « Mont Royal », village qui deviendra la ville de Montréal. Jacques Cartier retourne en France mais il lui manque 25 marins, morts du scorbut, maladie causée par le froid de cette région. Cependant, grâce à un remède des indiens à base de plantes, il pourra sauver certains hommes. Il repart avec Donnacona et 9 indiens toujours dans le but d’obtenir des informations sur l’endroit où se cachent des richesses. 

         

 

Le troisième voyage en 1541  En 1541, Jacques Cartier repart pour son 3ème voyage pour ramener de l’or. Il est accompagné de Robert Val qui a pour mission d’installer des français au Canada. Le roi de France, François 1er souhaite que le Canada devienne une terre de chrétiens. Donnacona et ses amis Indiens ne sont pas du voyage : ils restent en France où certains se sont mariés et d’autres sont morts. Jacques Cartier revient en France avec de l’or et des diamants. Après expertise, Cartier se rend compte que les Indiens l’ont arnaqué : ses pierres sont en fait de simples pierres sans aucune valeur !

Jacques Cartier finit sa vie dans son manoir en Bretagne et meurt à St Malo en 1557 alors qu’une épidémie de peste ravage la ville. C’est lui qui a cartographié les rives du fleuve St Laurent et a permis à la France de conquérir le Canada et le Québec.

Plus de 460 ans après sa mort, on parle toujours français à Montréal.

 

Photo invasion

Lucas Levitan est un artiste  brésilien vivant à Londres. Il s’amuse à ajouter un dessin à des photos prises par des inconnus qu’il trouve sur Internet. Il a appelé son travail “Photo invasion”.
Les élèves ont imité son travail et voici quelques résultats étonnants !

 

Poésie

 Nous avons travaillé sur la Bande dessinée en janvier et février et nous avons notamment rencontré Astérix et son compère Obélix. Les élèves ont apporté de nombreux ouvrages dont le tout premier album “Astérix le Gaulois” paru en 1961.
Et voici la poésie apprise !

A vos masques !

 

Un peu d’histoire : A l’origine, le Carnaval est une fête religieuse qui débute le 6 janvier et se termine le jour de Mardi Gras. A la fin du carnaval, commençait une période (le carême) pendant laquelle on ne mangeait ni viande, ni graisse, ni oeuf. Cela explique pourquoi le jour du Mardi Gras, chacun utilisait ce qui lui restait de graisse et d’oeufs, et qu’aujourd’hui encore on s’en serve pour faire des crêpes, des beignets et se régaler! Le carnaval était l’occasion pour chacun de se déguiser, de porter des masques, de danser et de chanter, bref de changer de personnage pour quelques heures ou quelques jours … et aussi de faire des choses qui sont interdites d’habitude !
Pendant longtemps et encore parfois aujourd’hui on a célébré la fin du Carnaval en brûlant un mannequin qui représentait symboliquement Sa Majesté Carnaval.
Aujourd’hui, Carnaval est célébré un peu partout dans le monde, on se déguise toujours et on porte des masques. Très souvent, des défilés et des bals sont organisés.

Ainsi, mardi 16 février, jour du Mardi Gras, afin de marquer l’événement, les élèves de CE2A ont réalisé leur masque : à partir d’une assiette en carton, chacun a pu imaginer son propre masque ! Une belle réussite !

 

Balade en ville

Cette année, nous ne pouvons malheureusement pas célébrer Noël ensemble à la basilique, un temps précieux et joyeux à partager avec les autres élèves de l’école, petits et grands!

Mardi, nous nous sommes baladés le long du Trieux, nous sommes passés voir la crèche de Noël à la basilique, nous nous sommes rendus au château Pierre II (point de départ de la ville de Guingamp en l’an 1034) puis nous sommes rentrés par la rue Notre-Dame en montrant la maison qui autrefois avait été le 1er hôpital de la ville, la plus ancienne maison du centre-ville, les maisons à colombages et nous avons admiré les vitrines décorées ! Et nous avons pris une photo sous la boule de Noël !

Chaque enfant a réalisé une jolie carte de Noël à offrir aux résidents de l’EHPAD Les Hortensias avec qui nous aurions dû partager de bons moments tout au long de l’année !

JOYEUX  NOEL  A  TOUS !

Keith Haring, artiste peintre

 Voici un magnifique dessin d’élève qui illustre la poésie “Les poneys” (poésie déjà en ligne sur notre page) ! Pour son dessin, Lyla a réutilisé la technique de l’artiste Keith Haring découvert en classe :

Keith Haring est un artiste peintre contemporain américain. Né le 4 mai 1958 à Reading en Pennsylvanie et décédé le 16 février 1990 (à 31 ans) à New York, IL est dessinateur, peintre et sculpteur américain des années 1980. Ses peintures font partie du mouvement général de l’art contemporain, et pas seulement de la stricte figuration libre. La « griffe Haring », c’est la répétition infinie de formes synthétiques soulignées de noir avec des couleurs vives, éclairantes, sur différents supports.

Ma rentrée avec l’UGSEL

Chaque année, l’UGSEL propose aux écoles de participer à une animation sur la cour de l’école intitulée “Ma rentrée avec l’UGSEL” dont le but est de fêter le lancement de l’année scolaire, inciter les enfants à une pratique régulière d’une activité sportive tout en partageant un moment avec une autre classe.
Les élèves de CE2 et les élèves de TPS/PS se sont donc retrouvés pour jouer à Cache-cache puzzle ! Chaque équipe devait reconstituer son puzzle le plus vite possible en allant chercher les pièces sous les coupelles ! Et chaque classe a présenté un chant et une chorégraphie à sa classe-binôme !  Un moment très apprécié par tous !

 

 

Lecture plaisir avec les CE2

Au mois d’octobre, les élèves de CE2 (classe de Mme Stenou) sont venus nous lire des histoires. Jeudi 8 octobre, Liam, Pauline, Basile et Mattéo nous ont raconté de belles histoires. Jeudi 15 octobre, Marley, Maela, Yan-ni et Ilhan nous ont lu de nouvelles histoires. Nous avons ainsi découvert “Juliette va à l’école”, “Une bonne soupe”, “C’est moi le plus fort”, “Les Trottinou et bébé Trot”… Merci pour ce moment partagé ensemble!

Nos amis les poneys

Les poneys

Ils sont espiègles nos poneys
Leur poil est doux comme le duvet
Si on murmure à leurs oreilles
Ils n’entendent que des merveilles
Leurs beaux regards sombres et profonds
Ressentent toutes nos émotions …

Et quand vient l’heure du pansage
Ils restent calmes et bien sages
Lorsque l’étrille les grattouille
Et que le bouchon les chatouille
On peigne leur queue et leur crinière
Et on renouvelle leur litière…

Au menu pour leur nourriture
Non surtout pas de confiture
Ils aiment l’avoine et le foin
L’orge, la paille et les câlins
Il ne faut pas oublier l’eau
Non ce ne sont pas des chameaux !

                  Pascal  Genneret

Tous au centre équestre !

Poney mon ami,

Le poney-club est une école de la vie où chacun peut s’épanouir même sur 3 journées.

Une monitrice affirme « Au contact de l’animal, l’enfant se responsabilise, essaie de comprendre le poney et d’anticiper ses réactions. »

L’équitation permet de développer des aptitudes physiques, motrices et intellectuelles, d’améliorer l’équilibre et les repères dans l’espace.

L’enfant gagne en autonomie et en confiance en soi.

Diriger un poney demande précision et concentration.

Ces trois journées au poney-club donneront peut-être l’envie à certains enfants, en quête d’une activité, de s’y inscrire !